mardi 27 août 2013

dimanche 25 août 2013

Conséquence des risques évoqués la veille

Il y a eu aujourd'hui deux morts par noyade aux deux endroits que j'ai évoqués la veille comme étant à risque… Pour la pointe du Trec'h, on ne sait pas, mais le risque majeur de noyade est la trop grande vitesse des navires à passagers ou leur inadaptation à ce type de plan d'eau particulièrement lors des grandes marées : ils créent des vagues scélérates dans le courant, vagues très courtes qui se suivent et peuvent provoquer le retournement du bateau ou leur recouvrement par la deuxième vague qui peut projeter les passagers de petites embarcations à l'eau. Cette situation est assez courante et l'indifférence est totale ; il y a même parfois la volonté de provoquer en changeant de direction brutalement : Je l'ai vécu de la part d'un navire près de port-Navalo considérant que j'étais en tort. D'une part il se trompait par méconnaissance des textes et d'autre part, même si j'avais tort, la volonté de provoquer un accident une faute inadmissible.

samedi 24 août 2013

Imprudences dans le golfe du Morbihan au moment des grandes marées

Sur cette première photo, l'inconscience se passe de commentaire… En pleine grande marée et dans le courant de l'entrée du golfe, sans gilet et à la merci d'une autre vague de navire !

Toujours en grande marées, le bateau à passagers crée une vague déferlante.
Sur la deuxième photo la baigneuse est prise dans le courant à gauche de la perche verte… A noter que le bateau des pompiers qui arrive derrière et qui passera sans rien remarquer est, sans doute, sans qu'il ne s'en rende compte, l'un des plus dangereux du golfe compte tenu de l'énorme vaque qu'il crée.  J'ai du faire demi-tour avec mes pêcheurs ne pouvant la passer sous peine d'être recouvert.

Deux éléments nuisent à la biologie du golfe : le golfe est une mer calme, les vagues crées par les trajets incessants des navires à passagers nuisent aux goëmons qui finiront  par disparaître, de même que les ancrages sauvages nuisent considérablement aux prairies de zostères.